Un espace de culte shinto situé dans un temple bouddhiste au Japon

Le mélange des religions au Japon

Imaginez un pays où la plupart des gens pratiquent plus d’une religion : c’est ce que le Japon a d’original.

Ce syncrétisme religieux concerne plus précisément les deux principales religions du pays, shintoïsme et bouddhisme. C’est un des traits culturels de ce pays qui m’avait le plus frappé pendant mon premier voyage. Concrètement l’immense majorité des Japonais vont prier aussi bien dans des temples bouddhiste que shintoïste. De même beaucoup de foyers auront chez eux un autel shinto et un autel bouddhiste, ce dernier consacré aux parents décédés.

Dans la pratique on priera les dieux shintos plutôt pour demander aide et assistance aux différentes étapes de la vie : travail, amour, santé …. Les temples shintoïstes font ainsi un commerce importante d’amulettes destinées à apporter la chance dans ces différents domaines. Le bouddhisme sera plutôt invoqué pour le deuil et le salut des défunts. Cette spécialisation tient plus à une pratique qui s’est faite au fil du temps qu’à une nature intrinsèque des deux religions : ainsi, même si elles ne sont quasiment pas pratiquées, les funérailles shintoïstes existent.

Ce mélange religieux se fait même dans les lieux de culte : j’ai vu ainsi un espace shinto au cimetière bouddhiste du quartier de Yanaka, à Tokyo. La photo d’illustration de cet article est un temple shinto situé en plein dans un temple bouddhiste de Nishinomiya, dans l’agglomération de Osaka. Il existe même un courant spirituel qui fusionnerait le shintoïsme et le bouddhisme : le Shugendo.

Ce syncrétisme religieux peut venir de deux choses : d’une part, la nature populaire, non révélée et polythéiste du shintoïsme qui de ce fait est compatible avec d’autres cultes non concurrents et d’autre part l’absence de prétention à l’exclusivité dans le bouddhisme. Pour résumer, vous pouvez prier les dieux que vous voulez tant que vous suivez les enseignements du Bouddha.

Une façon de voir les religions a priori très surprenante depuis nos contrées où nous sommes tellement habitués aux cultes monothéistes à prétention exclusive qu’on croit que ces tendances à l’exclusivité sont naturelles à toutes les religions. Mais ce mélange religieux n’est pas typique que du Japon : on m’a rapporté qu’en Chine et à Taïwan seraient pratiqués ensemble et le bouddhisme et la religion chinoise traditionnelle polythéiste. Il n’est pas non plus nouveau dans l’histoire du monde : savez-vous que l’Empire romain a été, du moins jusqu’au christianisme religion officielle, un important lieu de mélange et de synthèse des religions ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *